Menu

Itinéraire au Québec en 10 randonnées

Pour explorer la province, rien de mieux que de chausser ses bottes de randonnée pour profiter pleinement des magnifiques paysages que les parcs nationaux ont à offrir.
Voici 10 balises pour réussir un itinéraire estival vers les plus beaux sentiers du Québec.

  1. Acropole des Draveurs – Parc National des Hautes-Gorges de la Rivière Malbaie

La randonnée star du Québec! Pour apprécier les plus hautes falaises de l’Est du pays, il faut de l’énergie à revendre : un peu plus de 11 km sur 800 m de dénivellation. Là-haut, le paysage est à couper le souffle, les trois sommets de la montagne à l’Érable offrent une perspective vertigineuse sur la rivière La Malbaie en contrebas. Attention, le sentier est très populaire, et en période estivale, une navette est obligatoire. 

Que faire d’autre au Parc National des Hautes-Gorges de la Rivière Malbaie?
Un autre sentier vaut le détour, parait-il, Le Riverain. Mieux, il est possible de louer une embarcation pour admirer les falaises depuis la rivière.

Pour explorer encore plus?
Le mont des Morios est encore un secret bien gardé mais gagnant en popularité. Situé dans l’arrière-pays charlevoisien, dans le territoire des Pieds de Monts, l’exigent sentier est une expérience inoubliable, surtout lorsque l’on y plante sa tente au sommet. Pour s’y rendre, il faut passer par le dépanneur du Lac-Brulé. Et en repartant, remportez bien vos déchets!

    


  1. Pioui – Parc National des Grands-Jardins 

Toujours dans Charlevoix, le sentier du Pioui est un incontournable, en plus c’est une boucle. Les chiffres : 10,4 km et 800 m de dénivelé, à faire préférablement dans le sens horaire. La montée est progressive, entourée d’une érablière, puis par des conifères. Une fois sur le plateau alpin, une kyrielle de sommets arrondis habite l’horizon. Là-haut la végétation est fragile, alors on reste sur le sentier!

Que faire d’autre au Parc National des Grands-Jardins?
Le secteur Athabasca est un incontournable. Cet îlot de nordicité permet d’admirer une flore unique à cette latitude. Voici quelques balades à faire : Le Boréal, La Pinède, Le Brûlé. D’ailleurs, camper dans cette partie du parc est une expérience bien plus dépaysante. 

Pour explorer encore plus?
Toute proche, la ZEC des Martres est un paradis pour la randonnée. Mon coup de coeur : la boucle du mont du Lac à l’Empêche et Du Four. Plus exigeante avec ses 14 km faits de montées et descentes, c’est tout le massif de Charlevoix qui s’offre à perte de vue, depuis deux sommets différents.

   


  1. Mont Jacques-Cartier – Parc National de la Gaspésie

Destination ultime pour les amoureux de plein-air, la Gaspésie et son parc national. Tant qu’à être là, autant randonner vers la plus haute montagne du Québec méridional, culminant à 1 270 m d’altitude. Le sommet est une zone hyper protégée, plusieurs restrictions s’appliquent donc, navette obligatoire, horaire imposé. La raison ? Il n’est pas rare d’y croiser des caribous forestiers, dont la population est menacée de disparition.

Que faire d’autre au Parc National de la Gaspésie?
Ce ne sont pas les sommets qui manquent dans ce parc national. La boucle du mont Albert est une beau défi, avec pas loin de 18 km en montagne. Le mont Xalibu avec un passage vers le cirque glacière du lac aux Américains est une autre option de choix. Pour continuer dans l’observation de la faune typique, le mont Ernest-Laforce avec ses orignaux est immanquable. Bref, il y a de quoi faire, prévoyez plusieurs jours pour explorer ce territoire. 

    


  1. Scotora – Parc National de la Jacques-Cartier

La vallée de la Jacques-Cartier s’admire d’abord depuis les hauteurs de ses flancs. Le sentier du Scotora, dont le départ se trouve à la fin de la route du parc, offre un point de vue magnifique qui vaut largement l’effort déployé sur ses 16 km. 
D’ailleurs, les campings rustiques situés au départ sont sûrement les plus dépaysants et tranquilles du parc national.

Que faire d’autre au Parc National de la Jacques-Cartier ?
Sentier vedette de la vallée, Les Loups mérite le détour si vous n’avez pas peur des foules. Pour une expérience inoubliable, réservez plutôt une embarcation pour descendre la rivière et ses quelques rapides, avec en prime des vues incroyables depuis le cœur de la vallée.

    


  1. Grand Tour – Parc National du Bic

Plus petit parc national, et tellement unique. L’environnement marin en fait un écrin parfait pour des paysages iodés. Le Grand Tour est un sentier accidenté et diversifié passant au pied d’une falaise frappée par les vagues, au fil de plages sableuses, mais aussi en milieu forestier, le tout sur 8,5 km. Attention, la randonnée ne peut se faire qu’à marée basse, et comporte un passage technique assez abrupt. 

Que faire d’autre au Parc National du Bic ?
Ce qu’il y a de plus agréable, c’est de laisser le temps filer au grès des marées, en se promenant dans les anses ou les baies du parc, et d’y observer la population de phoques. Mais surtout, d’assister aux couchers de soleil, qui sont magnifiques dans cette région du Québec.

     

À lire : Solstice d’été au Parc National du Bic


  1. Pic de l’Ours – Parc National du Mont-Orford

Se rendre au pic de l’Ours, c’est randonner sur une crête avec en ligne de mire le mont Orford. Depuis les caps rocheux au fil du sentier, les vues se dégagent principalement sur l’immense lac Stukely. 5km aller, 5km retour, avec quelques passages escarpés, pour profiter de l’une des plus belles randonnées à deux heures de route de la métropole. 

Que faire d’autre au Parc National du Mont-Orford?
La boucle du mont Chauve laisse entrevoir également de beaux points de vue sur le lac Stukely. Il est d’ailleurs agréable de s’y baigner ou de profiter du plan d’eau pour s’initier au surf à pagaie. 

    

À lire : Coucher de soleil au Pic de l’Ours


  1. Centenaire – Parc National du Mont-Tremblant

Inauguré pour la 100e bougie du plus vieux parc national, le sentier du Centenaire est une agréable randonnée de 14,3 km sur la crête du mont de la Vache-Noire. Rien de spectaculaire, mais plusieurs beaux points de vue se dessinent régulièrement. Quelques belles montées à déclarer, et surtout assez peu de monde.
Seul bémol, après avoir goûté aux sons et odeurs de la forêt, le retour au stationnement doit se faire par la route.

Que faire d’autre au Parc National du Mont-Tremblant?
Le parc est immense. Pour rester dans le même secteur, une descente en kayak de la rivière La Diable permet de passer une belle après-midi d’été afin de découvrir les méandres sablonneux du parc national. Sinon, une multitude de lacs permettent la baignade ou des sorties en embarcation, les plus éloignés sont mes coins favoris.  

   


  1. Lac du Pimbina – Parc National de la Mauricie

Un peu plus de 13 km de sentier à parcourir pour atteindre les belvédères des lacs Solitaire, aux Chevaux et du Pimbina. De beaux points de vue, parfois en hauteur et parfois depuis les rives des lacs. Le Québec comme on l’imagine : des forêt de sapins entourant des lacs aux eaux calmes, et la sainte paix.
À notez, il s’agit ici d’un territoire de Parcs Canada, et non de la SEPAQ.

Que faire d’autre au Parc National de la Mauricie?
Ici aussi le parc national est immense. Dans le même secteur, le lac Edouard est idéal pour profiter du plan d’eau, pagaie à la main. Le très beau lac du Fou est connu pour sa population d’orignaux.
Au secteur Saint-Mathieu, le lac Wapizagonke et son allure de rivière permet de belles excursions en canot. Le lac du Caribou est quant à lui propice à la quiétude.

      


  1. Cap Trinité – Parc National du Fjord du Saguenay

Au secteur Baie-Éternité, fort est à parier que les 7,6 km du sentier menant jusqu’à la statue du cap Trinité seront sur votre liste. De part et d’autre du belvédère final, l’immensité de la rivière Saguenay impressionne avec ses hautes falaises. On se sent tout petit face à ce paysage maritime. 

Que faire d’autre au Parc National du Fjord du Saguenay?
À proximité, le point de vue de l’anse à la Tabatière est magnifique, donnant une perspective infinie sur le fjord. Le joli quai du village de Petit Saguenay offre aussi de beaux panoramas.
Ailleurs, à Tadoussac, la pointe de l’Islet est un endroit tout indiqué pour observer les baleines, ou juste un beau coucher de soleil.
Mais, paraît-il, le fjord prend tout son sens depuis les eaux, pour côtoyer les bélugas, et se laisser impressionner par la hauteur  des parois. 

    


  1. Mont Saint-Alban – Parc National Forillon

Pour diverses raisons, je n’ai jamais eu la chance de faire ce sentier de presque 8 km. Pourtant ce magnifique point de vue sur la péninsule à l’extrémité orientale de la Gaspésie est un paysage que je rêve de découvrir depuis le belvédère au sommet. 
Qui sait, cela sera peut-être pour un roadtrip cet été!