Menu

Les plus beaux massifs pour une randonnée hivernale au Québec

Avec les premiers flocons vient le moment de préparer ses randonnées en raquettes pour partir à la conquête de plus beaux sommets figés par le froid, et se laisser surprendre par la splendeur hivernale du Québec. 
Voici une sélection de massifs que j’adore explorer en hiver pour aller marcher au milieu des sapins momifiés tout en s’émerveillant de panoramas époustouflants. 


  • Le massif des Monts-Valin

Ce n’est pas pour rien si la vallée qui permet l’accès du pic Dubuc a été nommée « Vallée des Fantômes ». Au cœur du parc national des Monts-Valin, il y a cet éden hivernal, où l’on est ébloui par la quintessence de ce que la neige a de superbe lorsqu’elle habille monts et forêts.
Pour se rendre au point culminant, on est accompagné par ces fantômes de neige qui bordent le sentier monochrome. L’émerveillement accompagne chaque pas le long de ses 6,5 km. Au plus on gagne en altitude, au plus l’ambiance semble onirique. Les conifères eux semblent de plus en plus petits, illusion conférée par la quantité impressionnante de neige qui recouvre la montagne. À 984 m, les panoramas s’ouvrent sur le massif, immense et blanc, alors que l’on marche d’égal à égal avec la cimes des arbres.
Une randonnée dans ce secteur est une expérience immanquable pour tous amoureux de l’hiver, et surtout inoubliable. Pour se rendre dans la Vallée des Fantômes, il faut soit emprunter une navette sur chenille, soit se lancer dans une longue randonnée, avec nuits en refuge.
Et pour prolonger l’émerveillement dans ce paysage enchanteur, une marche jusqu’au pic du Yeti est à faire, moins pour la vue finale que pour l’expérience de marcher dans ce magnifique décor hivernal chargé de poudreuse. 

   

À lire : Noël dans les Monts-Valin


  • Le massif du Mont-Mégantic

S’il y a un parc national que l’hiver rend d’autant plus magique, c’est bien le parc national du Mont-Mégantic, tellement qu’il a l’air taillé pour cette saison. Son massif possède un microclimat qui en fait un des sites les plus enneigés au Québec, même s’il se situe à la limite sud de la province. 
Plusieurs randonnées en raquettes sont possibles au secteur de l’Observatoire, mais autant toutes les combiner avec la boucle des Trois Sommets et ses 15 km. Le mont Saint-Joseph, puis le mont Victoria et enfin le mont Mégantic, un sentier que l’on peut faire en une grosse journée ou sur deux jours avec une nuitée en refuge.
Avec cet itinéraire, on randonne dans un véritable paradis blanc, spécialement dans la section en montant au Mont-Mégantic, là où les sapins plissent sous le poids de la neige, et également entre le mont Saint-Joseph et le pic du Crépuscule. D’ailleurs le point de vue sur ce cap de roche est sans doute le plus beau de la randonnée, dévoilant toute l’étendue du massif. Au sommet du mont Mégantic les perspectives sont aussi tout à fait spectaculaires et celle du mont Victoria mérite le détour.
Pour explorer plus longuement dans la région, le Mont Gosford, point culminant des Cantons de l’Est, permet une expérience hivernale intense avec son sommet balayé par le vent glacial, où tout semble pétrifié sous un voile blanc. 

   

À lire : Lever de soleil au mont Mégantic


  • Le massif des Monts-Sutton

Un classique pour les mordus de randonnée hivernale après une bonne bordée dans le Sud de la province, le Round Top au Parc d’environnement naturel de Sutton, est à la hauteur de la réputation qui le précède. 
La quantité de neige que reçoit le massif est ici aussi particulièrement impressionnante. Résultat, une fois entré dans la zone habitée par les conifères, c’est un autre monde qui s’offre aux randonneurs. On marche dans une ambiance feutrée en compagnie de fantômes de neige, qui nous mènent jusqu’au sommet. Après presque de 4 km, en passant par le lac Spruce, on atteint le sommet où la vue s’ouvre sur le massif blanchi par les tempêtes hivernales successives.
Pour sortir des sentiers battus, le sentier du Dos de l’Orignal est également superbe et permet une expérience similaire les pieds dans la neige.

  

À lire : Coucher de soleil au Round Top