Menu
Rocheuses Canadiennes – Kootenay National Park

Rocheuses Canadiennes – Kootenay National Park

Pour la suite du voyage, direction le Parc National Kootenay situé lui en Colombie-Britannique. En arrivant dans cette nouvelle partie de Rocheuses on remarque qu’il n’y aura pas de redondance au long des 3 semaines de voyage, puisque les écosystèmes y sont déjà différents. 
Le parc s’étend le long des 94 km de la route 93, qui le traverse jusqu’à la ville de Radium Hotsprings. L’axe longe plusieurs rivières, principalement la Vermillon River, puis la Kootenay River dans la partie Sud, offrant ainsi plusieurs paysages typiques des Rocheuses. 

Ce qui frappe dans ce parc national c’est le nombre important de zones de forêts brulées, autant sur les sentiers que depuis la route. D’ailleurs, au moment où j’écrivais ces lignes, un nouveau feu faisait rage, contraignant à la fermeture d’une large zone du parc.
Les paysages semblent plus arides, avec des tons ocres, contrastant avec les glaciers des plus hauts sommets. Il y avait d’ailleurs quelque chose de fascinant à se rapprocher du Stanley Glacier, d’entendre sa glace craquer bruyamment sous ce soleil de plomb. La fragilité du cadre est palpable, d’autant que la superbe vue sur la vallée porte aussi des stigmates de feux.
Le soir venu, c’est une forêt en régénération qui témoignera de la vulnérabilité des paysages de ce coin des Rocheuses, tout en dévoilant un gracieux cadre sous cette lumière tardive.

Il régnait dans le tumulte bleu pâle de la rivière Kootenay une sérénité apaisante. Les quelques sommets en arrière-plan prenant eux leurs teintes chaudes à mesure que la lumière se rapproche de l’horizon. Un temps suspendu plein de quiétude pour trouver un peu d’envoûtement après une longue journée de marche.

____
Lors de la randonnée Stanley Glacier, nous pensions partir pour une petit marche assez facile, laissant donc nos bâtons de marche dans la voiture. Quelle erreur! Une fois arrivés au bout du sentier, on remarque qu’il est possible de le prolonger pour se rapprocher encore plus du glacier. 3km de plus sur un terrain bien plus accidenté. Leçon retenue!

 

Pour l’autre randonnée, Kinderley Pass & Sinclair Creek, il y avait un avis d’obligation de randonner en groupe rapproché d’au moins 4 personnes. Nous avons donc attendu au départ du sentier, espérant croiser d’autres randonneurs en recherche de compagnons. Nous sommes finalement partis avec 2 autres couples, et n’avons bien sûr pas croisé d’ours ce jour-là, mais la vieille oui, lors de la petite marche dans la forêt en régénération!